ROMANS POLICIERS MOYEN-ORIENT

Le polar fait son retour au Moyen-Orient

D’Istanbul à Bagdad, une révolution néo-noir est en train de germer au moyen orient. La renaissance des littératures policières, du polar coincide avec les premières manifestations des printemps arabes en 2011. La littérature noire offre une voix alternative invectivant les pouvoirs et criant justice.

La revolution néo-noir dans le monde arabe peut sembler nostalgique, mais elle permet aux romanciers d’agir comme ombudsmen – défenseurs des droits des citoyens – dans les climats politiques actuels.

Les romanciers aujourd’hui regardent Istanbul, Bagdad, le Caire, Teheran, etc. comme des archives de mémoires, lieux où la corruption et le pouvoir ont privilégié certains épisodes historiques pour écrire les Histoires Nationales.

Saad z Hossain donne une voix à ceux qu’on nomme dans les narrations des medias occidentaux les “dommages collatéraux” (Bagdad La Grande).

Naïri Nahapétian, ne sombrant jamais dans le cliché ou la diabolisation, n’est pas tendre avec les hautes sphères de la république islamique d’Iran et invite à la découverte des arcanes de la société iranienne dans toute sa complexité.

Au-delà du roman policier historique oriental, mon nom est rouge d’Orhan Pamuk est aussi et surtout l’occasion de questionner la confrontation entre Orient et Occident, de poser une critique morale sur les effets de l’emprise de l’obscurantisme religieux.

Et quid d’Israel? Complexe de citadelle assiégée. Tant qu’Israël demeure une puissance militaire, ethniciste et coloniale, la priorité sera la sécurité et les autres considérations – écologiques, sociales, etc. – passeront toujours au second plan, brèche où s’engouffrent les romans policiers israéliens.

De Tel Aviv, bulle occidentale et laïque, Liad Shoham, star du barreau et du thriller, dénonce tout ce qui est imparfait ou à la limite de la légalité dans Tel Aviv Suspects.

Le polar, le roman policier, est donc le véhicule pour inspecter les autres histoires passées sous silence d’une ville, d’une region, d’un pays, mettre à nu les blessures et les cicatrices d’une société.

VERS LA LIBRAIRIE

Laisser un commentaire

0

Your Cart

%d blogueurs aiment cette page :