ROMANS POLICIERS D’OCÉANIE

Le polar aux antipodes

Fins cordons de sable blanc baignés par des eaux translucides, lagons abritant une intense vie sous-marine, l’Océanie symbolise les îles paradisiaques. La vie s’écoule paisiblement, entre le parfum des fleurs et la saveur délicate des plats de poisson grillé.

Pourtant le polar en Océanie existe. De la Nouvelle-Calédonie à la Polynésie, et des Vanuatu à la Nouvelle-Zélande, et sur l’ile continent Australie, les tensions post-coloniales, la pauvreté, les violences racistes et les discriminations dont sont victimes les populations aborigènes, maories, mélanésiennes et polynésiennes, offrent un environnement inquiétant et ainsi favorable au polar.

Ce n’est pas de l’ethnologie, ça reste du roman ! Le roman policier ethnologique est rare.

Il y a toujours un criminel et un héros se rapprochant de l’image que l’on a d’un policier ou inspecteur. Mais les indices et le contexte sont tellement étrangers à notre culture que même si le lecteur les a sous les yeux depuis le début, il lui sera difficile de faire une quelconque connexion sans que ne lui soit dévoilé le contexte culturel.

L’Océanie et ses populations autochtones qui maintiennent vivantes l’histoire de leurs ancêtres navigateurs et leurs traditions immémoriales offrent ainsi au lecteur la possibilité donc de découvrir des cultures nouvelles et une nouvelle vision du monde.

VERS LA LIBRAIRIE

Laisser un commentaire

0

Your Cart

%d blogueurs aiment cette page :