Romans Policiers d’Amérique du Nord
Dans les années 1920, aux États-Unis, émerge un genre flou du roman policier: le roman noir

Le roman policier nord américain se démarque très vite du roman policier à énigmes des auteurs anglais. Le roman policier à énigmes est tel un jeu de société : il y a un crime, un désordre, une résolution et à la fin le détective ou le policier arrête l’assassin. Le roman noir s’intéresse moins au “par qui?”, au”comment?” un crime a pu être commis qu’au “pourquoi?”. Le meurtre, la violence, le crime sont des révélateurs des malaises et des dysfonctionnements de la société.

Dans un contexte de crise sociale (désenchantement de la première guerre mondiale, gangstérisme dans les grandes métropoles,la Prohibition, tensions raciales, la crise économique de 1929), Dashiell Hammet débarque et crée la figure du détective privé, anti-héros, solitaire, désabusé, souvent violent… La première génération d’auteurs de romans policiers est sans formation universitaire mais riche en expériences de vie. Les magazines PULP bon marché (vendus entre 15 et 20 cents) leur offre l’opportunité de dénoncer la fin de l’idéalisme d’avant-guerre. Le manichéisme des romans policiers (les figures de flics et de voyous) se dérobe et se trouve supplanté par un cynisme implacable. Moins “hard-boiled” (“dur à cuir”), Raymond Chandler donne naissance à un détective, Philip Marlowe, drôle et cinglant, entomologiste qui contemple avec pessimisme les dérives de la société de l’époque.

Le privé, figure récurrente des romans policiers d’Amérique du Nord, “immortalisé par Hammet, peaufiné par Chandler, amené à son zénith par MacDonald” (The New York Tomes Book Review) est désormais prêt à faire le tour du monde.

L’apparition du “paperback”, le livre de poche, après la seconde guerre mondiale et Hollywood assurent l’éclosion d’une deuxième génération d’auteurs de romans noirs. Au premier rang desquels figure James M.Cain (journaliste puis scénariste pour Hollywood – Le facteur sonne toujours deux fois en 1934). Le cinéma contribuera ainsi à la légende en adaptant nombre de romans noirs, polars et en en faisant un genre cinématographique à part entière. Humphrey Bogart immortalisera sur la pellicule l’image du détective américain, arpenteur des rues des grandes villes, se frottant aux petits malfrats, aux gangsters, aux milliardaires et aux femmes fatales.

Remontez le temps et découvrez l’Amérique des années de l’entre-deux-guerres, prenez en filature un détective privé, arpenteur des rues plus ou moins sûres des grandes métropoles américaines, du Los-Angeles de Raymond Chandler au San Francisco de Dashiell Hammet.

 

Nourris de tant d’images des films noirs d’Hollywood, lorsqu’on lit un roman policier américain, on a la délicieuse sensation d’évoluer en vrai dans un film mythique

VERS LA LIBRAIRIE

Laisser un commentaire

0

Your Cart

%d blogueurs aiment cette page :