Romans Policiers d’Amérique du Nord
Le Noir, même promis au plus riche des héritages, n’empêche pas d’autres genres d’émerger.

 

Les Américains sont très friands de “polar judiciaire” (police procedural), lancé dès 1927 par le procès Bellamy de Frances Noyes Hart. Le genre devient notamment très populaire porté par le maître incontesté de la grande époque, Erle Stanley Gardner et son personnage avocat Perry Mason. D’autres plus tard exploiteront la formule, comme Ed McBain avec sa saga sur le 87ème district. Le polar judiciaire reste une sous-catégorie très en vogue en Amérique du Nord avec des auteurs tels que John Grisham.

Tout comme les héros, outlaws du Noir, les personnages du roman à suspense pensent pouvoir maîtriser leur destin mais sont en fait prisonniers d’une histoire faites d’évènements pour le moins déstabilisants. Le roman à suspense s’attache plus volontiers à la psychologie de ces damnés luttant pour ne pas sombrer. Ce sont surtout les femmes qui se sont illustrées en la matière. Citons Elizabeth Sanxay Holding que Raymond Chandler considérait comme la meilleure de toutes. Elles ont été les pionniers d’un genre qui se perpétue aujourd’hui avec des auteurs telles que Mary Higgins Clark, Patricia MacDonald, etc.

À la différence du roman policier noir, le thriller n’est pas proprement américain. C’est d’en Angleterre que provient ce genre. L’action et les montées d’adrénaline priment sur l’ambiance noire et sur la critique sociale. Toutefois le thriller devient rapidement très populaire, qu’il soit coupé à la sauce d’espionnage (la saga Jason Bourne de Robert Ludlum), fantastique (Peter Straub), médicale (Robin Cook), technologique (Tom Clancy), de science-fiction (Philip K. Dick) ou dystopique (William Gibson).

C’est dans les thrillers, qu’apparait notamment un type de criminel dont la présence signifierait une catégorie à part : le tueur en série, le serial killer. On compte nombre de réussites fictionnelles dans ce registre, de l’Aliéniste de Caleb Carr au Silence des Agneaux de Thomas Harris en passant par le poète de Michael Connelly.

Nous croyons tout connaître de l’Amérique… tans d’images, tant d’histoires… Le temps d’un livre, prenez une voiture et roulez au hasard, the Big Apple, Monument Valley, Los Angeles, Vegas, le désert, les vastes plaines du Wyoming, les étendues du grand nord canadien avec  du Blues, du Jazz ou du Rock tempêtant sur l’autoradio.  Tout est là, merveilleusement vivant. La terre des Indiens, des pionniers, des self-made men, des hobos. Des clichés? Non, une légende.

Pourtant c’est le côté sombre de la légende qu’Acolitt’ vous invite à explorer. Prenez une voiture, vérifier le bon état de la batterie, verrouillez les portières, et partez le temps d’une lecture dans un road-trip au cours duquel tensions, suspense, angoisse vous tiendront en haleine jusqu’à destination, le dénouement de l’intrigue.

 

VERS LA LIBRAIRIE

Laisser un commentaire

0

Your Cart

%d blogueurs aiment cette page :