OCTOBRE, MOIS DE L’IMAGINAIRE

Octobre 2018 a marqué la deuxième édition du « mois de l’imaginaire ». Acolitt’ s’associe à l’action initiée par une cinquantaine d’éditeurs français mobilisés pour la promotion de la littérature de genre, des littératures de l’imaginaire (fantasy, fantastique et science fiction).
Tout comme le polar, le roman policier, le roman noir ou le thriller, l’imaginaire subit un manque saisissant et illégitime de reconnaissance intellectuelle. En témoigne leur destin commun en librairie, inscrits sous des catégories distinctes de la littérature réaliste, générale, la Littérature majusculée.

Roman d’initiation post-apocalyptique à découvrir d’urgence

Présentation de l’éditeur : Ils ont tué mon père. Je les aurai. Après la Fièvre qui a décimé les neuf dixièmes de la race humaine, mon père, Willem Storm, a fondé Amanzi, une nouvelle colonie, et l’a menée du chaos à l’ordre, de l’obscurité à la lumière, de la famine à l’abondance. Je suis Nico Storm, formé par Domingo à l’art de tuer. Je détestais mon père et je le vénérais. Ils l’ont abattu à Witput, dans notre beau Karoo, en bordure de l’ombre effacée d’un cercle d’irrigation. Je vais trouver ses tueurs et je le vengerai. Ce qui suit est mon histoire.

LE POLAR POUR EXPLORER L’IMPOSSIBLE

Les « paralittératures », polar et imaginaire, interrogent toutes deux le réel. Le roman policier au travers de la critique sociale. La science fiction par l’intermédiaire de l’anticipation d’un pire futur. Le fantastique via les angoisses de l’humain. Les frontières entre ces « mauvais » genres sont considérées comme hermétiques. Pourtant il est nécessaire de rappeler qu’ils sont nés environ à la même période, sous la plume de figures tutélaires comme Edgar Allan Poe, William Wilkie Collins ou Sir Arthur Conan Doyle, auteurs qui alternaient ces genres dans leur production littéraire. Dans bien des livres de l’imaginaire, ces frontières sont tout au plus poreuses et même souvent n’existent pas. Le milieu, le contexte, la diégèse (l’univers interne de l’œuvre) est un univers fantastique, uchronique, futuriste ou dystopique. L’intrigue, l’action, les motivations des personnages ressort du polar, du thriller ou du roman noir.

Un roman noir fantastique, un chef d’œuvre de la littérature japonaise, classé par l’Unesco parmi les «Œuvres représentatives» du patrimoine littéraire universel.

Présentation de l’éditeur : Un professeur parti à la découverte de quelque insecte des sables échoue dans un petit village du fond des dunes, village dont il ne pourra plus sortir. Comme les autres habitants, le voilà prisonnier du sable : le sable qui envahit tout, qui s’infiltre dans la moindre fissure et qu’il faut sans répit rejeter. Particulièrement dans le trou où est tapie la maisonnette qu’il habite en compagnie d’une femme fruste, vraie maîtresse-servante. Jour après jour, mois après mois, l’homme et la femme rejettent le sable. Cet esclavage est la condition même de leur survie. Lassé de cette routine, l’homme tentera de s’échapper, de retrouver sa liberté …

DÉFORMER POUR MIEUX DIRE. QUAND LE FANTASTIQUE SE MET AU SERVICE DU POLAR

L’hybridation, technique narrative qui consiste à transposer l’action dans un cadre de littérature de l’imaginaire, démultiplie les combinaisons entre ces deux genres, du polar futuristique, au noir dystopique, en passant par l’enquête dans un univers fantastique. Le crime et le mobile ne changent pas, seuls les moyens de l’accomplir s’adaptent aux conditions de l’univers fantastique ou science fictif. L’enquête apparaît souvent, dans les romans policiers classiques, comme un moyen ou un prétexte pour dénoncer la réalité sociale d’un milieu, d’une société, d’un pays ou d’une période historique. Contrairement aux idées reçues, la science fiction, la dystopie, l’uchronie ou le fantastique ne sont pas aux antipodes du réalisme en se situant dans l’imaginaire social du présent. Les travers de nos sociétés y sont accentués, les peurs ou les menaces se sont concrétisées.

Un thriller dystopique haletant !

Présentation de l’éditeur : Le Caire, 2023. À l’abri de hauts murs barbelés, la jeunesse oisive de la colonie d’Utopia s’ennuie. Seule ” la chasse ” procure le grand frisson et a valeur de rite initiatique. Le but: s’introduire dans les bidonvilles, tuer un pauvre et ramener une partie de son corps comme trophée. Un jeune homme et sa petite amie ont décidé de goûter à la poussée d’adrénaline. Mais leur immersion dans les bas-fonds du Caire, véritable cour des miracles post – apocalyptique, se révèle plus dangereuse que prévu. Démasqués, traqués par une population haineuse, ils vont à leur tour devenir la proie des chasseurs. Parviendront-ils à sauver leur peau ? Texte coup de poing, Utopia est un cri d’alarme sur les clivages sociaux et la disparition des couches moyennes en Egypte.

LE POLAR ET LES LITTÉRATURES DE L’IMAGINAIRE, EN CONCLUSION

Si le roman policier, éloge de la raison et de la logique, peut apparaître comme le farouche opposant du fantastique et de la science fiction, en réalité les littératures de genre populaires sont souvent connectées, que le polar emprunte ses artifices à la littérature de l’imaginaire, ou que la science fiction, le fantastique viennent souligner la noirceur du polar.

Un roman labyrinthique, une uchronie, une uchronie emboîtée dans cette uchronie et un troisième niveau de réalité : le nôtre.

Présentation de l’éditeur : 1948, fin de la Seconde Guerre mondiale et capitulation des Alliés. Vingt ans plus tard. dans les Etats-Pacifiques d’Amérique sous domination nippone, la vie a repris son cours. L’occupant a apporté avec lui sa philosophie et son art de vivre. A San Francisco, le Yi King, ou Livre des mutations, est devenu un guide spirituel pour de nombreux Américains, tel Robert Chidan, ce petit négociant en objets de collection made in USA. Certains Japonais, comme M Tagomi, dénichent chez lui d’authentiques merveilles. D’ailleurs, que pourrait-il offrir à M Baynes, venu spécialement de Suède pour conclure un contrat commercial avec lui ? Seul le Yi King le sait. Tandis qu’un autre livre, qu’on s’échange sous le manteau, fait également beaucoup parler de lui : Le poids de la sauterelle raconte un monde où les Alliés. en 1945, auraient gagné la Seconde Guerre mondiale…

Laisser un commentaire

0

Your Cart